Flupke.

Ouais, ce titre est pourri. Quoique pour les plus vieux d’entre vous, il évoquera peut-être Quick&Flupke, dont je n’ai que peu de souvenirs, pour n’en avoir lu que quelques planches, en petit format genre « bonus Pif magazine », il y a fort longtemps. Mais là n’est pas la question, j’utilise « Flupke » comme onomatopée à mi-chemin entre « flûte » et « fuck ». Et là vous en avez toujours rien à foutre de constater avec désintérêt comment fonctionne mon cerveau, alors je vais passer directement au vif du sujet, qui n’a absolument rien à foir. Ach, ch’en defiens dyslexique.

Bref, si j’ai choisi ce titre pourrave, c’est parce que j’en ai marre de chercher des jeux de mots de toutes façons affligeants à chaque nouvelle bafouille de Mylène. Et la bafouille d’aujourd’hui est de taille, puisqu’il s’agit de son dernier album, Monkey Me. A tel point que j’ai raté la sortie officielle d’une semaine, c’est dire! Et ça me fait vraiment mal de l’admettre. Parce qu’en tant que fan – et je sais que c’est pitoyable – je reste fidèle coûte que coûte, et je ferai très certainement du mal à mon porte-monnaie si le père Noël ne met pas l’album dans mes petits souliers. Mais cette fois j’irai pas jusqu’à me procurer le collector, passque bon hein là c’est un peu du foutage de gueule, un pauv’ Blu-ray musical dont je pourrais même pas profiter, ‘faut pas déconner quand même. bon d’accord, à moins que je tombe sur une particulièrement bonne affaire sur e-baille. Mais c’est une autre histoire. Revenons à nos moutons.

mylene-farmer-monkey-me-visuel[1]

Comme je le disais, ça me fait énormément de peine de descendre une fois de plus une de ses dernières productions, mais bon, je suis pas blinded au point de perdre mon objectivité, et honnêtement, ce dernier album est une sacrée bouse. Je ne vais même pas me donner la peine de le disséquer comme je l’avais fait pour Bleu Noir,mais plutôt expliquer un ressenti plus général. Surtout que ça me forcerait à écouter l’album en boucle, et honnêtement, c’est de la torture. Et je vais commencer par le peu de positif que je lui ai trouvé, pour finir sur le négatif, comme ça c’est ce que vous en retiendrez. C’est mesquin, mais je m’en fous, je suis blessée alors je me venge. Na.

Bon, déjà, la pochette est simple mais relativement jolie. On aussi eu droit à quelques photos promo plutôt belles.

Musicalement parlant, puisque c’est ce qui compte le plus, j’avoue que le retour de Boutonnat me fait grand plaisir, et j’aime définitivement ce côté dance parfois un peu cheap. Que voulez-vous, je suis une enfant de la génération Hit machine. On donnera aussi un demi bon-point à Nuit d’Hiver, la 9ème piste de l’album, qui nous replonge avec délices dans l’univers Farmerien des années 80. Pas vraiment une chanson, plutôt un tribute à l’album Cendres de Lune.

Et c’est tout. Parce que déjà, cette piste de plus de 5 minutes permet d’amputer l’album – déjà bien maigre – d’une chanson. On tombe donc à 11 titres. Mélodiquement parlant, je sauverais bien Je te dis tout…, que je trouve fort agréable, et à peu près tout le reste de l’labum, en fait, comme dit plus haut. Notons quand même au passage que les accords d’intro de J’ai essayé de vivre… sont un peu beaucoup les mêmes que que ceux de Dessine-moi un mouton.

Au niveau de la voix et des paroles… c’est la cata. Déjà, la moitié du temps, sa voix est bidouillée par ordi, transformant le tout en une logorrhée proche du simlish, franchement désagréable. Et les paroles, mon dieu, les paroles. Elle nous sort par exemple un « Elle se sent au bord du rebord ». Non mais sérieux, elle aurait aussi bien pu dire « C’est Sirena! » que ça aurait fait le même effet. Mais qu’a-t-elle fait de sa verve? C’est aseptisé, insipide, creux, blindé de demi-métaphores foireuses déchiffrables par le premier abruti venu. Mention ultra-spéciale à Love Dance, amas sans queue ni tête de références sexuelles à peine dissimulés, de mots en anglais, de « lalalala » et d’un nombre incalculable de « me », « moi », etc. Non mais sérieux, on dirait que ça a été écrit par le Cookie Monster.

La la la la la
If you say so…
La la la la la
Won’t let me go !
La la la la la
Lupo lupo
Mon meli melo
Meli melo
La la la la la

Do you love me
Love me do
Me do love you
Me too !
You me love do
Love me do you
Dis… love me ?

En parlant de « moi je », leur nombre est tellement hallucinant que je voulais prendre la peine de les compter, mais que j’ai perdu courage en cours de route.

Bref, j’en aurais encore des caisses à ajouter, mais je crois que l’essentiel est dit. C’est vraiment médiocre.

Tiens, j’en profite pour faire un placement pub. Vous voulez faire un beau geste? Achetez plutôt le street-album de mon amie Poiss’Kaï.

Oh! J’ai failli en oublier un point crucial. Le nom de la tournée, Timeless. Et bien figurez-vous que c’est déjà une marque déposée, par un ami de ma mère, d’ailleurs, et ce depuis bien avant que la demoiselle décide de s’emparer du nom sans rien demander à personne, enterrant du même coup la page en question. Et le pire dans l’histoire, c’est que c’est aussi une performance musicale, donc elle a vraiment chié dans la colle sur ce coup là. J’dis ça, j’dénonce.

Publicités

A l’Ombre – à chaud.

Ce matin est sorti – Ô JOIE – le premier single du nouvel album de Mylène. Intitulé « A l’Ombre », on retourne aux sources avec du Boutonnat pur jus, de l’électro nineties qui tache et une voix qui rappelle ses albums de fin 90 – Anamorphosée, Innamoramento.

Voyez par vous-même:

En soi, c’est écoutable (ouais, vous sentez déjà venir le « mais »). Perso, j’accroche bien au rythme et à la mélodie. Ce n’est pas l’ovni qu’avait été Oui mais… Non , qui m’avait foutu une sacrée claque. Cela dit, vu la qualité de l’album qui avait suivi, c’était pas forcément bon présage.

Le point noir? Les paroles. Je sais pas ce qu’elle a fait de sa plume, mais elle ne s’en est certainement pas servie pour écrire. C’est émo, ça dégouline de gros clichés bien gras sur « ce moi qui doute, est-il fait pour la lumière? » et la musique, même si relativement bonne, ne rattrape pas suffisamment la sauce. Je veux dire, ou est passée la subtilité? Ou sont passées ces paroles complexes que seule l’oreille assidue parvenait à décrypter? Où sont passés ces rythmes entêtants chantés par des générations entières qui n’en ont compris le sens sordide que bien plus tard? Où sont Optimistique-moi, L’Âme stram gram, C’est une belle journée ?

Alors oui, en bonne fan docile, j’achèterai quand même l’album. Mais j’espère sincèrement que le retour de Boutonnat ira de pair avec le retour de la qualité sur le reste de l’album.

 

EDIT: Déterrage d’un article de ma camarade Kao datant de 2008 (l’article, pas Kao) qui disait déjà à l’époque ce que je répète depuis le dernier album.

Mir ist kalt.. So kalt..

Bleu Noir, le retour.

Mylène a dit un jour, « Je n’aime pas le tiède ». Retour donc à cette affirmation avec le clip de Bleu Noir, disponible depuis 1/4 d’heure sur le site officiel éphémère, rouvert (temporairement, on suppose) pour l’occasion. Je voulais publier la vidéo ici mais j’peux pas.

Alors, je disais donc, retour au froid. De la neige, de la nuit, du Mylène tout craché. Pourtant je n’aime pas cette chanson à la base. Bon, ok, on s’habitue à tout, et à force d’écouter l’album, je le déteste moins qu’au début. Bref. Je suppose qu’il y a beaucoup à dire sur ce clip, mais vu que ce n’est pas mon boulot, je ne le ferais pas bien, donc je préfère l’admirer sans trop me poser de questions, et laisser à ceux qui sont plus qualifiés que moi pour le faire s’en charger. Les trois points lumineux à la fin me laissent perplexe; quelle est leur signification? (non parce que je suppose que la franc-maçonnerie est à écarter ^^ ).

Point intéressant, le fait que le clip semble tourné en une seule fois, avec la caméra qui suit – plus ou moins tumultueusement, je vous l’accorde – la chanteuse. Ca me rappelle le commentaire de François Ozon à propose de son film 8 femmes où il disait « Moi ce que j’aime quand on voit un acteur danser, ou une actrice, c’est filmer un peu dans la continuité, pas en plans-séquence mais sur la longueur, qu’on ait le temps de voir le corps de l’acteur bouger. Je trouve que c’est ça qui est touchant (…) »

Je vous laisse vous faire votre propre idée.

ps: J’ai mis presque une heure à écrire cet article du fait du re-visionnage de la séquence commentée 8 Femmes , histoire de pas dire de conneries, et de la capture d’écran du clip, difficile à choisir. ><

pps: non, je ne vous ai pas oubliés pour les insolites du Lundi, mais la première semaine je n’avais rien, la deuxième j’avais pas de connexion et avant-hier je n’ai pas eu le temps. Mais j’y arrive, j’y arrive bientôt.

Affiches de la semaine (et bien plus encore! :)

Tout d’abord, désolée pour la bad quality, mais c’est des photos prises sur le vif avec mon téléphone, qui n’est décidément pas excellent pour faire ça. Mais y’a pire, et je m’en contente, alors vous aussi.

Premièrement, une photo qui ne date pas de cette semaine mais d’il y a quelques mois. C’était le dernier jour du TGS 2010 il me semble, quand j’ai raccompagné Janis à la gare. Mais vous vous en foutez, hein. :p

Ensuite, encore un peu de Mylène (après je vous fous la paix). En fait, c’est plutôt une affiche qui m’a intrigue, ce matin, en allant à la fac. Jugez plutôt:

Ça ne vous rappelle rien….? see below.

Ou alors c’est juste une vue de mon esprit tordu. Et sinon, enfin, une idée qui m’a bien fait sourire. Je suis juste déçue de pas pouvoir y aller, manque de thunes. Mais j’adore la photo :D

 

D’ailleurs je me suis posé la question; est-ce que celui qui a fait l’affiche sait vraiment ce qu’est un Dalek, ou a-t-il trouvé ça au pif? En tout cas maintenant on le sait, les daleks ont une vie sexuelle! xD

(PS: sur le modèle de ma consoeur Kao, je crée une rubrique « insolite du Lundi » ou je publierai des photos alakon. Lundi parce que c’est le lendemain du Dimanche (aha!) . Ca sera, comme tout le reste, mis à jour à l’arrache. Et comme vous ne pouvez pas le constater, cet article a été écrit un Vendredi, et je vous merde.)

Oeil au beurre noir.

Quoi, mon titre est pourri? C’est le matin, et j’ai pas mieux, vous vous en contenterez.

Critique time. Critique de quoi? De « Bleu Noir », le dernier album de Mylène. Album qui est un pain dans la gueule, au sens strict du terme: ça fait mal, avant tu le vois pas venir, et après t’y vois encore moins bien.

Ma joie de retrouver si tôt Mymy sur galette s’était déjà affadie à l’annonce de l’absence de collaboration avec Boutonnat. Mylène est rien sans lui. C’est cruel mais c’est comme ça.

A l’écoute de ladite galette, des femmes nues tombent du ciel.. Wait a minute, hWhat? je tombe des nues. Ça pourrait être bon dans l’ensemble, avec quelques bides.. Ben là c’est mauvais dans l’ensemble avec quelques trucs bien.

Caractéristiques techniques:

11 pistes + 1  (vf de la piste 11, « Inseparables »).

2 chansons en anglais

musiques composées par Moby/Red One/Archive.

#1 « Oui mais… Non » – Paroles: Mylène Farmer / Musique: RedOne
#2 « Moi je veux… » – Paroles: Mylène Farmer / Musique: Moby
#3 « Bleu Noir » – Paroles: Mylène Farmer / Musique: Moby
#4 « N’aie plus d’amertume » – Paroles: Mylène Farmer / Musique: Moby
#5 « Toi l’amour » – Paroles: Mylène Farmer / Musique: Moby
#6 « Lonely Lisa » – Paroles: Mylène Farmer / Musique: RedOne
#7 « M’effondre » – Paroles: Mylène Farmer / Musique: Moby
#8 « Light me up » – Paroles: Mylène Farmer / Musique: Archive
#9 « Leila » – Paroles: Mylène Farmer / Musique: Archive
#10 « Diabolique mon ange » – Paroles: Mylène Farmer / Musique: Archive
#11 « Inseparables » – Paroles et Musique: Moby
#12 « Inséparables » – Paroles: Mylène Farmer / Musique: Moby

* notations:

# Carrément mauvais / Bof

# Moyen / Pas mal

# Bon / Super

Voyons plus en détail chanson par chanson…

Alors déjà, les songs de Moby c’est un désastre. Ca donne envie de se pendre. Mais de désespoir face à autant de mollesse, d’absence d’âme, et pas au contenu pseudo-sombre des paroles – par ailleurs pas terribles -, que Mymy yaourte allègrement tout au long de l’album.

« Moi je veux » est mièvre et kitsch. Bonjour les paroles. »aimer, aime, aime moi, moi je veux c’est aimer… » Allô? Tiendonc elle parle sms maintenant?

« Bleu Noir »: Légèrement plus de pêche. Mais alors le yahourtage « laaaa montagnueh est belleuh! laaa montaaagneuh est zeeeeeneuh! » – si c’est pas ce qu’elle dit, alors faut vraiment qu’elle sorte le coton qu’elle s’est foutu dans la bouche. Et si c’est bien les paroles, alors je dis WTF?! Faire du joyeux je veux bien mais faire si niais… Et puis alors j’aimerais bien savoir par quel miraculeux miracle ce titre s’est retrouvé sur la couverture de l’album.

« N’aie plus d’amertume »: Déjà, les trois accords d’intro et thématiques du morceau – a part le fait que c’est pas beaucoup – c’est les mêmes que ceux de « Dessine-moi un mouton », et dans le même ordre. Mais ça reste quand même écoutable.

« Toi l’amour »: No comment. Des sonorités sympas. Ca bouge un peu, quoi. Vraiment un tout petit peu. Mais sans intérêt.

« M’Effondre »: J’apprécie la voix de l’Ange Roux sur celle-ci. Je vais suivre l’avis de la plupart des fans sur celle là: pas mal. Perso c’est un ptit peu mou pour moi, mais comme pour la précédente, des sonorités plutôt sympas.

« Inseparables »: Un tempo  à mouriiiiir d’ennui.. En anglais, ben comment dire.. Je sais pas si notre rouquine préférée est bilingue mais niveau accent c’est pas tout à fait ça.. Du Charlotte Gainsbourg en moins bien.

En français, on comprend les paroles. Et ça casse pas trois pattes à un canard. C’est aussi Moby qui a écrit les paroles en français ?! Ah, non. Ben on dirait ^^ »

Les chansons composées par Archive, on a bien du mal à les différencier de celles écrites par Moby, parfois, tant le tempo est lent..

« Light Me Up » (anglais): De la musique d’ascenseur.. On dirait du Dido en moins bien (j’aime beaucoup Dido cela dit), avec la voix de Dolores O’riordan (The Cranberries) en beauuucoup moins charismatique. Mylène, s’teuplait, t’aventure pas sur des terrains que tu maîtrises pas bien..C’est potentiellement ridicule..

« Leila »: Touchant, et le clip est sublime. A l’extrême limite du « trop » mais justement, là pour le coup c’est maîtrisé. Pas trop larmoyant, ça reste une bonne chanson.

« Diabolique mon Ange »: Euh wtf le titre? Dans la veine de « l’histoire d’une fée c’est… », au niveau des sonorités, des allitérations en « c ». Musicalement plutôt réussi. Les paroles accrochent pas l’oreille des masses mais potable.

Gardons le meilleur pour la fin (comme ça l’impression restera positive malgré la descente en flèche de la moitié des titres de l’album). Le meilleur, donc: les collaboration – trop peu nombreuses à mon avis – avec RedOne.

« Oui mais… Non »: Tout le monde la connait. A la première écoute, une grosse claque dans la gueule. La je me suis dit « si tout l’album est comme ça, ça va être une tuerie. ». J’étais pas au bout de mes peines T_T. Enfin bon, ça arrache, ça danse, ça tourne en boucle dans la tête, et c’est BON! On en redemande.

« Lonely Lisa »: Electrique. Dans la continuité de « c’est une belle journée » et qui n’est pas sans rappeler « Drôle de Creepie ». Dansant, joyeux. D’aucuns trouvent cette chanson trop « gamine ». Boah, non, je trouve pas. Mymy a une âme d’enfant, ça lui correspond à 200%, donc. Ah par contre, je comprends pas bien l’intérêt cette espèce de borborygme dans le refrain sur les « r » dans les mots « fondre l’or, faire de la mort(…) »

Une autre critique moins détaillée mais reprenant bien mon ressenti général, dans le « 20 Minutes » du 6/12/10:

Voilà donc la critique détaillée titre par titre de ce dernier album. Globalement, on dirait du réchauffé des titres précédents, donnant du coup l’impression d’une autocaricature pas du tout maîtrisée. Quelques bons titres, des choses intéressantes mais on est à cent lieues d’albums comme « Innamoramento » ou « Avant Que l’Ombre ». En fait, je dirais que le choc vient surtout du fait qu’on a pas l’impression d’entendre Mylène. Ou est sa patte autrefois si subtile? Quelle idée lui a pris de mettre Boutonnat de côté? Pour une fois, elle aurait dû faire comme d’hab: nous faire attendre un peu plus et produire de la qualité.

Et si vous voulez vous faire votre propre idée, c’est en libre écoute ici: http://www.musicme.com/#/Mylene-Farmer/albums/Bleu-Noir-0602527555348.html?play=0602527555348-01_01