Du rire aux larmes.

Hier soir, concert. Oh, ça m’a beaucoup changé de tous ceux que j’ai faits jusqu’à présent. On était loin du faste de Mylène ou Lady Gaga, loin du bordel foutu par Iggy Pop, loin des trop courtes 1h15 tapantes des Cranberries ou des Scorpions. Mais bref, c’était bien. Non, c’était même HYPER MEGA TROP SUPER bien :D

Bon, déjà, on était assis, et y’avait presque que des vieux. Et les vieux, c’est discipliné (à part ma grand mère mais c’est une autre histoire). Donc, pas de cris, juste de polis applaudissements.

Lynda arrive avec quelques minutes de retard (mais en fait je crois qu’elle a attendu que les gens soient tous assis, ce qui a pris beauuucoup de temps vu l’incompétence des nanas du staff. Elles placaient les gens n’importe comment, et quand on est arrivées y’avait des gars assis à nos places, il a fallu qu’on leur demande de regarder leurs billets et effectivement, ils étaient PADUTOUT au bon endroit. Bref, ici s’achève cette parenthèse).

On commence sur une chanson touchante où elle remercie son public (aka nous pour ceux qu’ont pas suivi :p). Lynda a cette faculté extraordinaire de chanter les choses simples de manière juste et poétique, sans en faire trop, sans jamais tomber dans le mièvre, sans une rime bancale (en fait si, une ou deux, mais seulement sur les derniers albums).

La soirée file à une vitesse folle. Elle alterne les chansons joyeuses marquées de son humour caustique avec des ballades tristes. Ce qui est bien avec Lynda Lemay, c’est même si on ne connait pas les chansons, eh bien c’est de la chanson à texte, alors découvrir n’est pas un problème. Pas de lourds refrains que le public reprend à tue-tête. Non, on se tait, on tend l’oreille et on admire cette voix sans fausse note soutenue seulement par un piano et un violon. Lorsqu’elle prend sa guitare, on sent que le rire est de nouveau au rendez-vous, et dès qu’elle la pose, on se reprend une claque d’émotion.

Le mélange est très réussi. On en ressort avec des étoiles dans les yeux et dans le cœur, et le sourire aux lèvres.

 

Still alive!

Yop les gens! Ok, ça fait un mois et demi que j’ai rien posté… Par flemme je l’avoue…

Tout d’abord, comment ai-je pu oser ne pas étaler ma joie suite au concert des Cranberries? Enfin, l’étaler ici, j’ai suffisamment pollué FB si j’me souviens bien. Enfin bon c’était juste awesome! Merci Petite Claire pour la place! Tout premier rang, des étoiles dans les yeux, toussa toussa. Et Dolores O’riordan qui m’a pris la main, rien que ça.. gnihi.

Ensuite, enfin la rentrée. Et je suis dans un nouvel appart, avec comme coloc mes deux meilleures amies, Angélo et Clarck, et je dois avouer que ça se passe plutôt bien. On galère un peu avec la propreté (m’enfin c’est pas non plus une porcherie, hein), enfin disons qu’à première vue ça ressemble plutôt à un appart de geeks masculins – Nolife en boucle, ordis à pleine puissance, WoW, Dr Who… hem

Tiens d’ailleurs mon inscription à la fac a été monstrueusement épique. Ouais, quand tu leur dis que tu veux faire une double licence, ils te répondent qu’on « peut pas ». Et après tu te démerdes. Résultat, 7h de cavalcade pour réussir à avoir c’te foutue feuille rose.

‘fin bon, si on oublie les blocages – déjà 2 semaines de cours évaporées à cause de ces conneries – , le fait que je nage en Russe et en Latin, que j’suis épuisée, et célibataire, la vie est plutôt cool. uhu.

J’ai acheté une imprimante, aussi. Bon osef de tout ça en fait..

Promis je vais essayer de me remettre dans le bain et de produire des articles intéressants. P’têt même que je vais me mettre au vlogging. Thanks to littleradge et Charlie McDonnell.

Bonus: un peu de Trock!!!

Complètement gaga.

Certains le savent, je suis actuellement à Paris. Je passe les détails de mon séjour, qui feront l’objet un ultérieur billet (ne suis-je point poétique? x).

Je suis gaga… Premièrement de mon pitit neuveu qui est trop chouuuuuuuu!! ensuite , eh bien je suis gaga de la fameuse Lady.

Vendredi, déjeuner avec Sophia puis petite balade dans Paris, et visite du magasin « Illogical-Music », dont le vendeur est d’ailleurs super sympa. Il commence par me demander « you speak english? » « euuuh non enfin oui mais j’suis française, hein x) » Et puis ensuite si je vais au concert de Lady Gaga. J’aurais bien aimé, mais j’ai pas les moyens, et personne pour venir avec moi..  Il me conseille d’aller faire un tour près de Bercy le soir, quand même, histoire de voir si je trouve une place… Epuisée, le ventre vide, assoiffée, je décide de quand même tenter le coup; après tout, j’ai rien à perdre..

Une fois là-bas, j’hallucine sur les prix odieux pratiqués par les revendeurs au marché noir..  Je retire 50€, déécidée à ne pas débourser un centime de plus, et je déambule autour de la salle. Il est déjà 19h et le concert commence dans 1/2h. Je ne me décourage pas (enfin, pas trop), et puis d’un coup j’entends un groupe de personne qui parlent de revendre leurs places. Je m’approche. Un revendeur leur propose 40€, je me précipite: « MOI JE PROPOSE 50!! ». Le mec vend la place au revendeur quand même, et je baisse les yeux. Il me souffle un « vous inquiétez pas », et une fois le type douteux parti, me vend une autre place, super bien placée, et me dit un « à tout à l’heure ».

Je jubile, un sourire niais au visage, le coeur battant, les mains tremblantes. Je rentre dans la salle, m’achète une bouteille d’eau à 3€ (!!) et vais m’asseoir. Je retrouve le type et ses deux amis, qui m’accueillent chaleureusement et m’offrent une bière.

On est en gradins, au second rang, sur la gauche de la salle, effectivement très bien placés.

La première partie comence: les « Semi Precious Weapons« . Pas l’ambiance de fou qui à mon avis aurait dû régner (d’après ma soeur, le public parisien est trèèèès difficile à chauffer). Pourtant ça déchirait. Entre le guitariste convulsionné par terre et le chanteur en talons aiguilles qui crachait du champagne sur le public, entre autres… Moi je les ai trouvés terrible. En live en tout cas, c’était juste WOAW. Puis ils quittent la scène, après nous avoir annoncé LA Lady avec beaucoup de passion.

La lumière se rallume. Dans le gradin d’en face, ça se remplit peu à peu de VIP (dont semble-t-il,David Guetta). Je sirote ma bière, en jouant à deviner le nom des célébrités qui s’installent en face avec mon voisin de gradin. Puis enfin, les lumières se réteignent.

Et là, folie totale. En une fraction de seconde, toute la salle est debout, hurlante, bras en l’air, pieds tapant contre le sol. Sensation étrange, d’ailleurs: le gradin tangue légèrement, au rythme de nos battements.

Lady Gaga apparaît. Euphorie totale, indescriptible. Elle est juste sublime. Pas physiquement parfaite, comme on le sait bien, mais elle dégage un truc tellement…. Powh. Elle enchaîne les tubes et déchaîne les foules, change de tenue toutes les 2 chansons, se met en scène avec toujours plus d’inventivité.. Tout y passe, depuis le piano debout en talons aiguilles sur les touches, jusqu’au meurtre par un poisson-lanterne tentaculaire géant..

Le spectacle est messiaque, nous sommes ses « petits monsters ». On « show our teeth ». Elle ordonne, nous agissons. C’est la secte Gaga.

Elle lâche quelques larmes sur Speechless, après une ovation de plusieurs longues minutes (cf da movie). On s’époumonne, on rugit.. C’est incroyable. Indescriptible.

Je sors de là sans voix, sans ouïe, les jambes en coton, tout le corps meurtri. J’ai vécu un truc incroyable. Je reste fidèle à Mylène, et donc je ne suis pas objective en disant que c’était « presque aussi bien ». C’était une chance inouïe, j’en suis consciente, et je n’en reviens toujours pas.

Anecdotique:

Le type qui a braillé « Gaaagaaaa » à un moment de silence. Réponse de l’interpellée avec un petit air mutin et faussement étonné: « Oui? » xD

La peluche jetée sur scène par un fan. Lady Gaga: « Qu’est-ce que c’est? Une chat? Mais, je déteste les chats. Je n’aime que les Pussy. » *renvoie la peluche dans le public*

« Encore un an de plus qui te rapproche de la mort! Allez bonne journée! » (Wolf)

Comme d’hab, je publie hyper à la bourre, puisque c’était le 9… J’avais tout préparé dès mon retour à l’aquarium, hein, mais j’ai eu la flemme, et voilà, c’est ainsi que vous vous retrouvez encore avec de la news pas fraîche.

Donc, le 9 mai, j’ai « fêté » mes 20 ans. Fêter n’est pas vraiment le verbe approprié, puisqu’il n’y a pas eu de fête à proprement parler, cela dit j’ai quand même passé une excellente journée. Avec mon père. Sisi, c’est possible.

Rdv à 12h devant la Halle aux Grains, pour un restau, suivi d’un opéra: Elektra de Strauss. Alors, côté restau, il m’a pas cru quand je lui ai dit que « le dimanche à Toulouse, c’est mort, y’a ABSOLUMENT RIEN d’ouvert ». Résultat, on a mangé une pizza à Domino’s. C’était la première fois de sa VIE qu’il mangeait une pizza à emporter dans un boite en carton sur le coin de comptoir d’une chaîne de pizzerias. (et sa vie a déjà duré plus de 65 ans!)

C’tait marrant, tous les deux bien fringués avec un epizza en guise de repas et une bière en guise de champagne… Un bon moment, cela dit.

Ensuite, à 15h, nous voilà dans la salle, et petit moment de panique au moment de rejoindre ma place, située en balcon. J’avais encore jamais eu le vertige au point d’y voir trouble et de rester paralysée..

Ensuite, les lumières s’éteignent. Premières notes, premier cri: Elektra scande un « Agamemnon! » plein de désespoir. C’est comme un choc électrique: un frisson enveloppe mon corps tout entier, mes yeux commencent à picoter. Je respire à peine, le coeur battant, le regard accroché aux personnages torturés qui se meuvent quelques mètres plus bas. 2 heures plus tard, qui m’ont semblé tellement courtes, on ressort, et mon père m’avoue, le visage humide et l’ai complètement halluciné « C’était extraordinaire. J’en ai pleuré. Je vais attendre avant de démarrer la voiture, je suis en état de choc ».

Et pour que mon père dise ça, il fallait que ça soit vraiment génial. Donc, un cadeau de haute qualité pour mon anniversaire. :D

Et sinon, Mardi matin, l’empereur sa femme et le p’tit prince, euh… (ok c’était nul). Donc, mardi matin, à 7h, départ pour paris à l’arrache avec un sac de couchage, toujours avec mon pôpa. Ca va être.. Etrange.. Mais je vais voir mon neuveu HIIIIII

Autch, mir tut der kopf so veh… u_u [MAJ A 17H00]

(traduction du titre: aïlle, j’ai tout bobo à la tête.)

Je me fais violence pour rédiger cet article. Parce que j’ai pas fait de vraie nuit depuis… Euh… Pas si longtemps que ça en fait; seulement Samedi. On va faire comme si vous étiez des lecteurs assidus, et on va dire que vous avez lu mon précédent post. En échange, je vais essayer de pas trop me répéter.

Donc, Vendredi, après une journée tou’pourrie (ça rime tavussa?), je vais me pieuter. Le lendemain, je vais à la gare, pour rentrer à Carca, mon train arrive (avec 15 minutes de retard parce que, je cite « il y a des gens sur le quai » – non en vrai c’etait « à cause voyageurs à proximité des voies » mais c’la meme chose en fait. Grobatars.), donc bref je monte dedans, toussa toussa. Repas super, et en plus j’ai un super tailleur pantalon de la morkitu pour le 20 (oui Popow y’aura des photos, promis). D’ailleurs il faut que j’aille acheter une cwavate. Hm. Bon. Donc Samedi, je me lève à 5h30 pour prendre mon train à 6h40, j’arrive essoufflée, parce que j’ai couru pour pas être à la bourre, mais forcément, ça serait pas marrant si ils l’avaient pas supprimé, ce putain de train. Non content d’avoir domri que 4h, je dois attendre le prochain train: 10h22. En plus j’ai oublié popode. du coup je lis du Sartre. Vers 9h30, je rentre dans la gare histoire de charger en douce mon telephone, et là un gars me dit un truc du genre

« Nan’ gom’? ..

-Euuuuuuuh? Kwé?

-A gom’n?

-Gue.. hein?

-GOM *agite un crayon gris sous mon nez*

-AAAAAh une goooomme!!!

-ui ^_^

-Ah ben euh nan, désolée. »

En fait, on tape la discute, c’est un viet-namien de presque 19 ans qui s’appelle David (j’ai pas retenu le nom vietnamien), qui fait de la « MAAA – çon’rie » et qui est rigolo comme tout. Il monte un plan pourri à sa mère et v’là-t-y pas qu’on passe la journée ensemble à Toulouse. C’est bien, il m’a tenu compagnie teu’la journée, c’tait feune. Il a même rangé mon aquarium.. (ndlr: quand je dis « aquarium, je parle de mon 9m²). Il a aussi passé la journée à essayer de m’empêcher de fumer – mais dans l’etat de stress/fatigue ou j’etais, c’etait juste pas possible.

A midi, on bouffe un kebab, puis on va se caler en face du ciné, pour que j’attende Camille et Audrey, et la séance de ciné – qui rappelons-le a lieu a 20h30. Non je suis pas folle.

Camillou nous rejoint à 15h à peu près, on va boire un verre.

Ensuite on retrouve Audrey (que je m’acharne à appeler Lys), et là on tombe en extase devant la vitrine du Virgin.. Sous le regard désolé de David.

18h, on macdote assis devant le ciné, qui commence à être peu à peu assailli de fans, de plus en plus nombreux.  Je fume 3 clopes en 5 minutes, en les allumant bout à bout, le stress monte, monte, monte. On entre dans le ciné, et on poieaute encore.. Le temps se dilate, peu à peu. C’etait cependant beaucoup moins pénible que pour le concert. Pas le même enjeu..

On court, se bouscule, et dans le même temps on se sépare de David, qui en a ràf de Myloune. On entre, on a des super places, plein centre, super distance; on est entrées les premières. \o/

A peine assise, je pousse un hurlement de satisfaction, et puis tente de me calmer, patiente avec les autres. La salle est pleine à craquer. A 20h30 quasi-pile, les lumières s’éteingnent. Applaudissements, cris, on se croirait pas au cinéma. Je tourne la tête, et j’aperçois David. Qu’est-ce qu’il fout là??? Oo

Peu importe. On s’immerge. Les premières images, et avec elles les premières larmes. Lys me tend un mouchoir. Je suis en extase, la bouche ouverte, époustouflée. Qualité d’image irréprochable, un son, e tout le reste.. Parfait. On y est, on le revit. Je suis un peu déçue que la setlist soit pas la m^me qu’en zéniths, mais ce n’est pas dramatique. JE découvre du coup quelques passages que je n’avais jamais vus, dont la superbe coré des danseurs, vers le milieu du show. Nous sommes en délire, on applaudit, on participe; et bientôt, on ne sait plus si ce sont nos cris ou ceux enregistrés que l’on entend. Tout se mélange. Retour arrière: nous somme en septembre, nous sommes à Paris, elle est là, devant nous. Et moi je vis doublement ce flashback qui n’en est pas un puisque je découvre le spectacle du SdF pour la première fois.  Bref. Arrivent les dernières chansons. Plus de retenue: cris, larmes, tapement de mains, de pieds, Désenchantée arrive, presque toute la salle se lève, danse, chante. Seuls les non-fans (et quelques autres) restent cloués à leur place, bouche bée. Plusieurs fois au court de la soirée, des regards plein d’empathie envers Lys qui me les rend bien, mouchoir en main. Mylène c’en va, c’est la fin, je pleure, je tremble, j’ai la gorge sèche. Je n’ai plus la notion d’espace.. Ah oui, on est au ciné… Sortie clope à l’initiative de ma camarade (après la toute dernière seconde de générique, bien entendu).

On retrouve David, qui me dit qu’il a roupillé… Et qu’en fait, c’est un vigile qui l’a fait entrer gratos comme ça, pssque sa gueule devait bien lui revenir, je sais pas… Deg.

Sam et Dono, qui reviennent du TGS Onahami, m’attendent, en compagnie de Co, et on prend la route de chez moi, après un au revoir encore ému avec Lys. Genre regard hagard, bouche grande ouverte.. Comme après le concert l’an dernier en fait.. Enfin bref. Là, je dois faire un truc trèèèèès désagréable, qui est occulter les deux heures qui viennent de passer, parce que je suis en compagnie de non-fans. Ce fut douloureux… je regrette d’ailleurs, la rupture a été tellement brutale, j’ai l’impression d’avoir un peu gaché mon plaisir… enfin bon. On a réussi à rentrer chez moi à 5, et pis bière sur bière, pâte à rigoler, poppers, miouzik. Co nous laisse vers 2 h , on se « couche » vers 3h, pour un réveil vers 4h45.. OOOOH J’allais oublier le plus important!!! Dono et Sam m’ont ramené des chaussons PIKACHU !!!! trop cuuuuuuuuuuute!!!! MErci :’D

A 5h30, on arrive à la gare, et on voit que notre train de 6h17 est supprimé… On fait la queue 1/2h, et la dame au guichet me regard avec l’air désespéré, genre « vous, vous allez me demander quoi d’impossible encore? ». J’ai réussi à la faire rigoler, en répondant à son regard interrogateur par « Bonjour, euh, moi j’veux juste savoir quand est le prochain train pour Carcassonne…….. ». Du coup on attend jusqu’à 7h52, pour monter dans un vagon immonde sur la voie la plus éloignée (10), et changer pour un bus à Castel. Arrivée à Carca vers 9h30. (maintenant que j’y repense, c’etait pas si long que ça finalement.). Je harcèle ma soeur de messages pour qu’elle aille faire standing derrière la porte à ma place, et puis j’arrive, ensommeillée, puante, débraillée… P’tite douche et à peine habillée, je vois par la fenêtre un camion Chronopost. HAAAAAAAA Je dévale l’escalier, dérape en bas, manque de me manger un meuble, me jette à l’extérieur, plus du tout fatiguée, tremblante, fébrile, avec un regard de psychopathe. Le monsieu a eu peur d’aileurs. Il me sort « c’est marrant, on a plusieurs paquets comme celui là ce matin… » « bha oui, c’est le collector du nouveau dvd de Mylène Farmer » « ah? Elle vient dans le coin? » « euh nan padutout, elle a fini une tournée y’a pas longtemps c’est tout. » « Signature? » « Ouiihihi :D  »

Je signe le papier, le pad, je prends le lourd paquet, rentre, et répète frénétiquement « ferme la porte! ferme la porte!  » « pourquoi? » « ferme laporte je te diiiis!!! »

Elle finit pas s’executer, me permettant donc de lâcher un « HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII » surexcité.  Minimoi (enfin elle me depasse d’une tête mais osef) me tend des cisals, et, religieusement, j’entame le carton de transport, puis celui d’emballage. Il y a un papier autour, et à l’intérieur, qui protège le précieux sésame… Ahhhh… toujours tremblante, ouverture du boîtier, doucement, et enfin, le transi est là, devant moi. Il me tend la main. Je le détache doucement, et le prends dans mes bras, amoureusement, comme une mère son nouveau né. Je le soulève, l’ausculte, tourne autour, l’émiette du regard. Il est juste magnifique… aaaaah.. Ensuite je m’enfourne tous les bonus, attentive plus aux rares apparitions de l’ange roux qu’aux trucs que racontent les gens….

Enfin voilà. Ca y est. Je l’ai. J’ai pas pu acheter le t-shirt qui l’accompagnait à Virgin…. feuque… MAis bon.. J’ai craqué, j’ai acheté le dvd aussi, comme ça j’aurai plus besoin de rouvrir la boite du collector :D