[EN] We are Legion, The Story of the Hacktivists

Oh Hi :)
This article’s in english, as the title says. This was actually an assignment for my Master’s degree, but since it has been marked and that I’m quite proud of it, I wanted to share it with you. Enjoy ;)

About the movie

The movie We are Legion is a documentary relating the story of the activist group “Anonymous”. The title calls back to the famous Anynymous phrase “We are Legion. We do not forgive. We do not forget. Expect us”. Through archive footage and interviews, the documentary gives an insight into the events that led, in 2010, to the arrest of the members of the group known as the Paypal 14, allegedly responsible for the disruption of Paypal’s operations after Wikileaks’ donations were suspended. Although the official release date in the USA is, according to IMDB1, the 30th of October 2012, the movie was screened in festivals in the USA and worldwide as early as the 20th of January 2012, which coincides with the shutdown of the media sharing website Megaupload by the FBI.
The movie has since been made available on DVD and on different online platforms, including iTunes and Netflix.

The movie was directed by Brian Knappenberger, an american director and producer, who specializes in documentaries revolving around the themes of freedom of speech and new technologies. He is the owner of Luminant Media, the company that produced the movie.

Analysis

The documentary follows a repetitive pattern, alternating interviews, archive images of, mostly, protests, and intertitles to separate the different events, in a chronological order. The film starts with the interview of Mercedes Haefer, ex-Anonymous, who introduces the movie, summarizing the events that led to her own arrest by the FBI in 2011. The different interviews took place as the various interviewees were already indicted. Some (such as the french newspaper Le Monde2) did comment on this behaviour, judging it unreasonable.

Amongst the different interviewees, we find a number of (former) Anonymous, some people of authority in their respective domains such as anthropologist Gabriella Coleman (who also worked with Knappenberger on his previous documentaries), Sociologist Stanley Cohen, and attorneys.

The entirety of the adresses in the movie are embodied, be it direct (interviews) or indirect (footage from protests). Apart from the extra-diegetic music (composed by John Dragonetti, who also worked on Knappenberger’s previous films), most of the footage is raw. The fast paced editing and multiple angle shots and zoom-ins make up for the otherwise lack in rhythm caused by the linear structure of the storytelling. There also are inserted photographic manipulations or montages, as well as computer screenshots, illustrating the film’s argument.

Interestingly, despite its DVD and online releases, the movie does not seem to have an age rating. The seriousness of the topic and the sometimes very specific language do, however, prevent children from understanding or having any interest in such a movie. Moreover, some disturbing content and the total lack of vulgarity censorship would draw concerns for showing this movie to teenagers under 16. Apart from the age, the topic of course appeals to a very specific fringe of the viewership. Indeed, There is a strong chance that this movie targets specifically people interested in sociology, new technologies, and civil disobedience. Furthermore, as the film was primarily released in festivals, it is obvious that whatever the target audience, the real public had to be interested in or at least have curiosity for the topic of the Anonymous.

This documentary falls into the category of the Participatory Mode, according to Nichols’ classification. Indeed, apart from the archive images and stills which accompany the argument, the primary source of filming material involves interviews. Nevertheless, except for a very short section near the end of the movie, we never hear the questions asked to the interviewees. This gives to their accounts a sense of spontaneity, as if they were narrating a story from the top of their heads. This also gives to the viewer a feeling of neutrality on the part of the filmmaker.

This neutrality could nevertheless be doubted, for several reasons:

  • Firstly, because the film was directed and produced by the same person. Thus, even though it escapes a potential partiality imposed by a command from a big production company, it means that the same person is responsible for the production and distribution of the content, without an intermediate to check for bias.

  • Secondly, because the team working on the documentary is small, and also the same team as on Knappenberger’s previous productions. This similarity in casting does not stop at the crew: anthropologist Gabriella Coleman had already worked with the filmmaker on another project at the time of this production.

  • The mere presence of extra-diegetic music – composed by another of Knappenberger’s usual co-workers – takes away some of the authenticity that raw sound and images produce.

  • The multiple angles of camera and editing make the viewer see through the eye of the filmmaker, and see the images the way he intends for us to receive them. Besides, this could be seen as ironical in a documentary dealing with the hack and leak of information, such as the works of the Wikileaks Foundation, which takes hounour in only providing raw and unedited documents to keep absolute authenticity and neutrality.

  • Finally, the very last scene wraps the movie with a few last words from Mercedes Haefer, the same woman who introduced the movie, on an uprising symphonic tone, and in these words: “Your opinion matters. I don’t care if I disagree with it, I don’t care if I hate your guts. Your opinion matters”. This does encourage the viewers to take a stance and speak for themselves.

Yet, the movie does not condemn nor condone the actions of the Anonymous. Despite interviewing almost exclusively (former) members of the movement, it merely shows their opinion, but never goes fully their way. More than that, it casts a critical eye over its own condition as an independent artform, whose role is to speak up for the ones who can’t. This film is not investigative journalism, but as a documentary, it has an informative function, as well as a neutrality duty.

Conclusion: my opinion of the movie

In the end, I only watched this movie because it was in my recommandations on Netflix, and that the theme piqued my curiosity. I already knew about the Anonymous’ actions, and wondered what this movie was about. Was it about giving them even more of a voice or, on the contrary, shutting them up? This movie did neither of those things. And, Actually, I didn’t enjoy it that much. Notwithstanding my earlier analysis, I found that this movie was, in fact, almost too neutral. It made me feel in the strange position of regretting it was not biased, or did not take sides. The voice that it gave to the ex-anonymous was just a chance for them to recount their story, nothing more. This made me realise that sometimes, I want to be convinced. It doesn’t matter my personal opinion; I wish this movie had tried to convince me of something. Instead, the viewer is treated with mere fact, in a sometimes repetitive matter.

It could be argued that the movie fulfils its informative role, although I’m not quite sure that someone with no knowledge of the workings of the dark places of the internet would be able to understand everything, or would not lose interest after the first half hour. And for someone who has such knowledge, this movie acts as a reminder of the Anonymous first renown acts, without adding much.

All in all, the movie does not fall into the cliché of sensationalist documentaries. The music sometimes reminds us of the one of made-for-TV shock reenactments of crime investigations, although it never strikes the melodramatic chord.

I don’t think I’ll remember the movie that much, at least not for itself. It was interesting and informative, but I, personally, did not learn that much while watching it. I fail to see who the targeted audience would exactly be. I don’t disagree with the 73% score on Rotten Tomatoes3, nor with the 66% Metascore4 review. It is not a bad movie, nothing made me cringe, be it in the execution or the presentation of the facts. It was not a good movie either, as it failed to impress me in any way. Props for the neutrality, which becomes its major quality as well as its major flaw.

Le Conteur

le-conteur

Une fois n’est pas coutume, c’est aujourd’hui d’un livre que je vais vous parler. Mais pas n’importe quel livre, puisqu’il a été écrit par ma grande sœur. Et ouais, rien que ça.

Il s’agit donc du roman Le Conteur – L’Enfant qui n’aimait pas rêver, par Lorraine -S. Heymes.

L’histoire est celle d’Ulysse, un jeune garçon de 11 ans très cartésien qui n’aime pas les contes et autres histoires, qu’il assimile à des “mensonges”, et qui se retrouve bien malgré lui embarqué dans un monde imaginaire, avec lequel il a bien plus de liens que ce qu’il aurait imaginé.

Le livre fait environ 360 pages, organisées en cinq parties de chacune cinq chapitres. La première partie introduit l’histoire dans le monde “réel”, puis les autres narrent l’épopée d’Ulysse à travers le monde de l’imaginaire.

La première partie est clairement pour moi celle qui a fait le plus parler mes souvenirs et mes émotions, dans le sens où les lieux et personnages qui y sont décrits sont clairement inspirés de lieux et personnes réels, qui ont peuplé mon enfance. C’est donc avec joie que je me suis replongée dans des univers que j’ai connus étant petite, parfois même enfouis dans ma mémoire, qui ont refait surface comme autant de petites bulles nostalgiques.

Mais trêve de palabres, venons-en au concret, à l’objectif.

Cela faisait plus de 5 ans que je n’avais pas fini un livre. J’ai lu quelques livres en anglais ces dernières années, principalement pour mon cursus universitaire, mais vraiment très peu de lectures personnelles, et encore moins francophones. Même les derniers Amélie Nothomb sont restés infinis. Je ne sais pas pourquoi exactement; peut-être que ma désastreuse licence de Lettres a eu raison de mon appétit pour la lecture (je lisais 2 ou 3 livres par mois avant ça). Peut-être que les jeux vidéo, aussi. Peut-être qu’on a juste moins de temps quand on devient plus vieux (je ne prononcerai pas le mot “adulte”… merde.)

Tout ça pour dire que c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai lu celui-ci, plutôt vite, et que je vais me faire une joie de vous le reviewer.

L’Histoire

C’est amusant, j’ai eu l’impression en le lisant de retrouver des éléments de livres de mon enfance et de mon adolescence, comme autant de racines nourrissant le roman. C’est ainsi que j’ai parfois trouvé de grandes similitudes avec La Croisée des Mondes de Philipp Pullman, mais aussi Alice au Pays des merveilles, voire même Harry Potter. C’est la première qui m’a le plus frappée; l’omniprésence des animaux mais aussi le rythme, assez rapide, m’ont rappelé cette saga qui m’a été si chère. Saga que j’ai par ailleurs essayé de relire il y a quelques années, sans succès : cela m’avait paru parfois trop rapide dans les intrigues et leurs dénouements, comme s’il manquait des détails ou que tout était trop “facile”. Rétrospectivement, je pense qu’il s’agit simplement là d’une caractéristique des romans “jeunesse”, caractéristique qu’on retrouve d’ailleurs aussi dans les premiers Harry Potter. Toujours est-il que c’est également ce que j’ai ressenti à la lecture de L’Enfant qui n’aimait pas rêver: j’aurais aimé en savoir plus sur certains personnages, qui m’ont semblé parfois un peu grossièrement dépeints, au point même parfois de me sembler incohérents (Tom), ou d’intrigues résolues trop vite et trop simplement. Faute de manquer de rythme, j’ai trouvé que cela manquait parfois de retournements de situation. En fait, j’ai eu beaucoup de mal à m’identifier au héros et à comprendre sa quête. C’est la dernière partie du livre qui, elle, m’a happée. Comme si les 4 premières parties n’étaient qu’une introduction à un final à la fois explosif et mystérieux. Sans finir sur un suspense insoutenable, cette fin m’a donné très envie de lire la suite, alors que les chapitres précédent m’avaient semblé un brin laborieux.

Cependant, on ne saurait dissocier le fonds de la forme et c’est ainsi que, sans transition (ou presque), j’aimerais passer à ma seconde partie.

Le Style

Toutes les critiques faites dans la partie précédente perdent de leur valeur si on prend en compte le point de vue du lecteur: il est bien évident qu’une lectrice (plus ou moins) aguerrie de 25 ans qui s’est bouffé du Shakespeare dans la langue pendant 3 ans n’a pas le même point de vue ni le même recul sur une lecture telle que celle-ci. Je pense que la “moi” de 12 ans aurait dévoré de bout en bout le roman plusieurs fois de suite, comme je l’ai fait avec les livres cités plus haut. Parce que pour être honnête, il est bien. Il joue sur des concepts et des personnages connus de tous, en jouant avec eux un peu à la manière de Shrek. C’est un appel à la découverte, une proposition à aimer la littérature et les histoires. En cela, le personnage d’Ulysse se confond avec le lecteur, qu’on invite à découvrir les mondes imaginaires, leurs liens, leurs influences.

En tout cela, ce roman est définitivement un roman jeunesse.

Cependant, l’une de ses plus grande qualités devient un défaut dans les mains les plus jeunes: sa langue. Car elle est parfaite – attendu que cela veuille dire quelque chose. Les mots sont choisis avec soin, pas d’approximations que ce soit dans le vocabulaire, extrêmement riche, comme dans la grammaire, correcte en tous points. Seulement, cela pose un problème de taille: le vocabulaire est parfois réellement complexe. Je me suis moi même arrêtée par moments pour chercher un mot dans le dictionnaire tant le lexique me posait des difficultés.

Attention, je ne dis pas qu’il y a “une langue appropriée pour les enfants”, dans le sens d’une langue simplifiée qui ferait que leur lecture serait simple et sans accroc. Ça n’aurait pas d’intérêt, car la lecture sert aussi à apprendre. Mais que quelqu’un comme moi qui ai 25 ans de vie et (un peu moins) de lecture, et qui, sans me vanter, possède un vocabulaire plutôt correct, voire riche, aie buté sur la langue à plusieurs reprises au point que cela altère mon confort de lecture, me semble un peu disons, “dangereux” pour l’avenir du livre. Parce que si la langue est trop complexe pour moi, elle risque de l’être d’autant plus pour la majeure partie du lectorat-cible (et pas que lui, d’ailleurs).

Admettons que le lectorat-cible en question ne soit en fait pas les pré-ado mais bien les adultes, alors on retombe dans le travers évoqué dans ma première partie: trop peu de suspense et de retournements de situation pour maintenir l’attention d’un lecteur aguerri.

Impression générale

A me lire, on pourrait croire que je n’ai que la critique à la bouche, et que cette lecture était un désastre. Ce n’est absolument pas le cas. Mon âme de geek a grandement apprécié les nombreux clins d’œil disséminés au fil de la lecture, que ce soit à des figures connues des contes de fées ou à de simples éléments de souvenirs familiaux, et il faudrait que je le relise attentivement plusieurs fois pour y dénicher tous les détails.

J’ai aussi apprécié cette façon qu’a l’auteure de nous rappeler habilement par un jeu sur les noms et les surnoms l’identité de tel ou tel personnage dont le nom nous échappe, perdu peu à peu aux tréfonds de notre mémoire sous des couches de contes consécutifs. Et le roman n’est pour autant pas un étalage de clins d’œil, loin de là.

L’Histoire est originale, et si la trame fait beaucoup penser à celle de la saga de Pullman, les différences sont aussi nombreuses que les similitudes. Les enjeux ne sont pas les mêmes, les motivations du héros non plus. De plus, plus qu’une simple histoire, le roman s’interroge sur ce que sont les histoires, ce qu’elles représentent, et leur importance dans notre monde, notre culture, nos apprentissages.

Pourquoi ce livre est un chef-d’œuvre

Alors déjà tout simplement, parce que c’est le livre de ma sœur et que je péterai les genoux à quiconque dira le contraire.

Mais surtout, parce que si l’on prend en compte l’enjeu du livre, la quête du héros, qui est de raconter une histoire à sa maman, alors c’est là que tout prend son sens. Si l’on part du principe que l’histoire est racontée par un enfant, alors on peut totalement pardonner certains raccourcis, certaines incohérences dans la structure, parce qu’après tout, c’est à travers les yeux d’Ulysse que l’histoire se déroule. Avez-vous déjà écouté un enfant raconter une histoire?

Ce qui fait d’Ulysse un petit garçon pas comme les autres, finalement, c’est ce vocabulaire riche et cette correction grammaticale parfaite, mais après tout, de la part d’un esprit si cartésien, ce n’est pas surprenant du tout. Une place pour tout, chaque chose à sa place.

Parce que les contes, c’est très sérieux.

Star Trek TNG

TNG

Pour une raison qui m’échappe, il y a une guéguerre entre les trois univers commençant en « Star- », à savoir Star Trek, Star Wars et Stargate (mais surtout entre les 2 premiers). Je ne comprends pas bien pourquoi, vu que ce sont trois univers complètement différents. Perso, j’aime tout autant les trois.

En ce qui concerne Star Trek, je n’ai vu pour le moment que la série Next Generation, qui est la deuxième série dans cet univers. J’ai aussi vu le film reboot sorti en 2009 et lu le récent comicbook cross-over avec Doctor Who, mais ça s’arrête là.

Soyons honnêtes, j’ai commencé à regarder la série pour augmenter mon quotient geek (il est de 37%, btw). J’étais pleine de préjugés, et je ne m’attendais vraiment pas à être si agréablement surprise par cette série qui date tout de même de 1987. Aussi étonnant que ça puisse paraître, ça a très bien vieilli.

Le travail réalisé sur le make-up est colossal, et plutôt que de tenter de créer des monstres avec les effets spéciaux bancals de l’époque, ils ont joué principalement sur l’apparence des visages des différentes races et sur leur passé, leur culture. On parle toujours des prouesses narratives de Tolkien, et bien je crois qu’il serait temps de redorer également le blason des scénaristes de Star Trek, qui ont fait un boulot gargantuesque. Chaque personnage a un background, chaque race a son histoire, sa culture. Il y a même des cours en ligne pour apprendre le Klingon.

Concernant la technologie, les décors sont particulièrement réussis. Ça reste sobre, dans les tons gris, ils ont évité le gros cliché des diodes multicolores qui font blip-blip. Oui, il y a des écrans géants couverts de symboles colorés, mais ça colle bien, ça reste réaliste. Le tout forme une unité cohérente. On nous évite aussi les dialogues à rallonge remplis de termes incompréhensibles juste « pour faire SF » : chaque chose a un sens. Notons aussi que c’est la seule et unique série que je peux regarder sans aucun sous-titres en comprenant absolument tout.

Les personnages sont quant à eux tous très intéressants. On a le capitaine, Jean-Luc Picard (Sir Patrick Stewart), français d’origine – bon, c’est super drôle quand il parle en français – la force calme mais qu’il faut pas trop faire chier, son second, William Riker aka l’officier charmeur, Deanna Troi, la conseillère sexy du vaisseau (et demi-Betazoid de son état, une race empathe/télépathe), Geordi La Forge, chef ingénieur aveugle mais doté d’une visière awesome de la mort qui tue qui lui permet de voir quand même, Worf, le Klingon chef de sécurité, et Data, mon personnage préféré, androide  »adopté » par la Fédération, doté de capacités surhumaines mais aspirant avant tout à devenir humain. Il y a aussi Beverly Crusher, la médecin-chef, mais je l’aime pas. Je la trouve insipide. Mais c’est peut-être à cause de l’actrice. Elle a été temporairement remplacée dans la saison 2 sans aucune explication par le Dr Katherine Pulaski, personnage qui a largement ma préférence, mais apparemment je suis la seule dans tout le fandom… enfin bref.

On pourrait avoir une équipe de jeunes acteurs fringants et sexy mais ce n’est pas le cas. On pourrait nous infliger l’éternel officier rebelle et dévergondé qui drague tout ce qui passe, mais non. On pourrait avoir un androide mal-aimé et naïf qui s’en prend plein la poire sans broncher, mais toujours pas.

Vous les connaissez bien, ces situations récurrentes dans la SF où l’un des personnages principaux vit un événement bizarre mais n’en parle à personne en se disant que ça va bien passer tout seul et fout tout le monde dans la merde… Et bien c’est pas comme ça que ça marche à bord de l’Entreprise. Chacun est bien à sa place, remplit son rôle comme il est censé le faire, respecte la hiérarchie. C’est réaliste, et c’est pour ça que ça marche.

Je m’attendais aussi à me retrouver face à des aventures téléphonées, où on devine dès le départ ce qui va se passer… Et bien non. On se fait toujours surprendre. On a toujours plusieurs éléments imbriqués qui se rejoignent et se complètent de manière logique. Ca tient la route du début à la fin.

Je ne dis pas que tout est parfait. Il y a bien sûr des épisodes moins bons que d’autres, mais aucun que je puisse qualifier de vraiment mauvais. Les personnages évoluent, les ennemis/races en conflit sont remarquablement bien écrits – on sait dès la première seconde qu’on va détester les Farengi, qu’il faut pas faire chier les Cardassians, que les Romuliens sont des enflures et que OH PUTAIN DES BORGS FOUTEZ LE CAMP TANT QU’IL EST ENCORE TEMPS.

Au niveau de l’enchaînement des épisodes, ils ont fait quelque chose que j’apprécie particulièrement: lorsqu’on se tape un bon gros double épisode bien rempli en émotions et en situations fatigantes, duquel on ressort rincé, on a généralement droit ensuite à un épisode plus léger, plus guilleret et humoristique.

Le personnage qui incarne à lui tout seul ce genre d’épisode, c’est Q. Un être omniscient et omnipotent, à la manière des Anciens dans Stargate, mais qui s’ennuie tellement qu’il décide de venir jouer avec l’équipage de l’Entreprise de temps à autres. La première fois qu’on le rencontre, on le hait. Il fout tout le monde dans la merde et menace de détruire le vaisseau, et il pourrait le faire en un claquement de doigts. Mais il n’est pas foncièrement mauvais, juste joueur, et on finit par s’y attacher et par attendre le prochain épisode où on va le croiser. Ce qui est agréable avec ce personnage, c’est aussi le fait qu’il casse complètement le thème binaire bien/mal, puisqu’il n’est ni l’un ni l’autre. Il est agaçant mais en même temps attachant. Je veux dire, si j’avais des pouvoirs incommensurables et que j’étais immortelle, je finirais par me faire chier aussi. C’est pas pour rien qu’on a inventé les Sims.

Je crois que c’est la série qui m’a procuré mes plus gros fous-rires, et m’a fait le plus parler toute seule à mon écran, à base de “WHAT? WHAT?? DafuQ?” et de “Nope. NOPENOPENOPE.”
C’est même la première série qui a réussi à me faire sursauter en couinant. D’habitude je ne vis des jumpscares que dans les jeux vidéos.

En bref, toutes les idées négatives que j’avais en commençant la série sont bien loin derrière. Je ne sais pas ce qu’il en est des autres séries de la même franchise, j’avoue être un peu réticente à l’idée de les regarder, j’ai peu d’être déçue. Mais Star Trek TNG est définitivement une bonne série, que je vous conseille amplement. Oui, 7 saisons, c’est long, mais vous le regretterez pas.

Flupke.

Ouais, ce titre est pourri. Quoique pour les plus vieux d’entre vous, il évoquera peut-être Quick&Flupke, dont je n’ai que peu de souvenirs, pour n’en avoir lu que quelques planches, en petit format genre « bonus Pif magazine », il y a fort longtemps. Mais là n’est pas la question, j’utilise « Flupke » comme onomatopée à mi-chemin entre « flûte » et « fuck ». Et là vous en avez toujours rien à foutre de constater avec désintérêt comment fonctionne mon cerveau, alors je vais passer directement au vif du sujet, qui n’a absolument rien à foir. Ach, ch’en defiens dyslexique.

Bref, si j’ai choisi ce titre pourrave, c’est parce que j’en ai marre de chercher des jeux de mots de toutes façons affligeants à chaque nouvelle bafouille de Mylène. Et la bafouille d’aujourd’hui est de taille, puisqu’il s’agit de son dernier album, Monkey Me. A tel point que j’ai raté la sortie officielle d’une semaine, c’est dire! Et ça me fait vraiment mal de l’admettre. Parce qu’en tant que fan – et je sais que c’est pitoyable – je reste fidèle coûte que coûte, et je ferai très certainement du mal à mon porte-monnaie si le père Noël ne met pas l’album dans mes petits souliers. Mais cette fois j’irai pas jusqu’à me procurer le collector, passque bon hein là c’est un peu du foutage de gueule, un pauv’ Blu-ray musical dont je pourrais même pas profiter, ‘faut pas déconner quand même. bon d’accord, à moins que je tombe sur une particulièrement bonne affaire sur e-baille. Mais c’est une autre histoire. Revenons à nos moutons.

mylene-farmer-monkey-me-visuel[1]

Comme je le disais, ça me fait énormément de peine de descendre une fois de plus une de ses dernières productions, mais bon, je suis pas blinded au point de perdre mon objectivité, et honnêtement, ce dernier album est une sacrée bouse. Je ne vais même pas me donner la peine de le disséquer comme je l’avais fait pour Bleu Noir,mais plutôt expliquer un ressenti plus général. Surtout que ça me forcerait à écouter l’album en boucle, et honnêtement, c’est de la torture. Et je vais commencer par le peu de positif que je lui ai trouvé, pour finir sur le négatif, comme ça c’est ce que vous en retiendrez. C’est mesquin, mais je m’en fous, je suis blessée alors je me venge. Na.

Bon, déjà, la pochette est simple mais relativement jolie. On aussi eu droit à quelques photos promo plutôt belles.

Musicalement parlant, puisque c’est ce qui compte le plus, j’avoue que le retour de Boutonnat me fait grand plaisir, et j’aime définitivement ce côté dance parfois un peu cheap. Que voulez-vous, je suis une enfant de la génération Hit machine. On donnera aussi un demi bon-point à Nuit d’Hiver, la 9ème piste de l’album, qui nous replonge avec délices dans l’univers Farmerien des années 80. Pas vraiment une chanson, plutôt un tribute à l’album Cendres de Lune.

Et c’est tout. Parce que déjà, cette piste de plus de 5 minutes permet d’amputer l’album – déjà bien maigre – d’une chanson. On tombe donc à 11 titres. Mélodiquement parlant, je sauverais bien Je te dis tout…, que je trouve fort agréable, et à peu près tout le reste de l’labum, en fait, comme dit plus haut. Notons quand même au passage que les accords d’intro de J’ai essayé de vivre… sont un peu beaucoup les mêmes que que ceux de Dessine-moi un mouton.

Au niveau de la voix et des paroles… c’est la cata. Déjà, la moitié du temps, sa voix est bidouillée par ordi, transformant le tout en une logorrhée proche du simlish, franchement désagréable. Et les paroles, mon dieu, les paroles. Elle nous sort par exemple un « Elle se sent au bord du rebord ». Non mais sérieux, elle aurait aussi bien pu dire « C’est Sirena! » que ça aurait fait le même effet. Mais qu’a-t-elle fait de sa verve? C’est aseptisé, insipide, creux, blindé de demi-métaphores foireuses déchiffrables par le premier abruti venu. Mention ultra-spéciale à Love Dance, amas sans queue ni tête de références sexuelles à peine dissimulés, de mots en anglais, de « lalalala » et d’un nombre incalculable de « me », « moi », etc. Non mais sérieux, on dirait que ça a été écrit par le Cookie Monster.

La la la la la
If you say so…
La la la la la
Won’t let me go !
La la la la la
Lupo lupo
Mon meli melo
Meli melo
La la la la la

Do you love me
Love me do
Me do love you
Me too !
You me love do
Love me do you
Dis… love me ?

En parlant de « moi je », leur nombre est tellement hallucinant que je voulais prendre la peine de les compter, mais que j’ai perdu courage en cours de route.

Bref, j’en aurais encore des caisses à ajouter, mais je crois que l’essentiel est dit. C’est vraiment médiocre.

Tiens, j’en profite pour faire un placement pub. Vous voulez faire un beau geste? Achetez plutôt le street-album de mon amie Poiss’Kaï.

Oh! J’ai failli en oublier un point crucial. Le nom de la tournée, Timeless. Et bien figurez-vous que c’est déjà une marque déposée, par un ami de ma mère, d’ailleurs, et ce depuis bien avant que la demoiselle décide de s’emparer du nom sans rien demander à personne, enterrant du même coup la page en question. Et le pire dans l’histoire, c’est que c’est aussi une performance musicale, donc elle a vraiment chié dans la colle sur ce coup là. J’dis ça, j’dénonce.

Blanche Neige et le Chasseur

Oui, j’aime Kristen Stewart, j’aime Twilight, et j’assume. C’est donc tout naturellement et malgré les conseils de mes amis (« ce film est à chier », je cite) que je suis allée voir Blanche Neige et le Chasseur. Bon, en vrai, je faisais mes devoir pour Spirit-Lan, qui m’a demandé la critique (j’imagine que personne d’autre ne voulait s’y coller…). Du coup j’ai pris des notes pendant le film itou. Voilà ce que ça donne.

Kristen Stewart est Lancée, on ne l’arrête plus ! Révélée par le mitigé Twilight (on ne se lancera pas sur ce sujet qui a déjà fait couler beaucoup -trop?- d’encre) et plutôt bien dans The Runaways (et probablement d’autres films que je n’ai pas vus), la revoilà en tête d’affiche aux côtés de Charlize Theron et Chris Hemsworth (Thor) dans cette adaptation très libre de Blanche-Neige. (la suite ici)